Accueil » Editorial » A new Probation Institute? Un institut anglais de probation?

A new Probation Institute? Un institut anglais de probation?

Le gouvernement anglais vient de créer un institut de probation avec l’objectif flou d’être un centre d’excellence en la matière et d’améliorer les compétences des praticiens/England and Wale’s government has announced it will create a Probation Institute with the rather unclear aim of  « delivering professional expertise and promoting skills for those working to drive down reoffending in the community »

Government Plans for New Probation Institute

 

Côté anglais on s’en réjouit apparemment sans réserve. Il est vrai que ce centre va fédérer secteur public, privé et associatif et que tous l’alimenteront et en profiteront/In England and Wales everybody seems to be happy about this project. For indeed the public, private and third sector will collaborate to this endeavour.

 

Personnellement je m’interroge sur cette initiative/however, I find it hard to form an educated opinion on this.

Chez nous, les formations sont déconnectées pour l’essentiel de l’Université (ENM, ENAP, EFB…) et l’Université est tout autant déconnectée pour l’essentiel des formations – ce qui revient par exemple à prendre sept années pour obtenir un agent de probation!/in France practitioners’ training is for the most part disconnected from Universities (such is the case for Judges, probation and prison staff, attorneys, police officers you name it who, after their master plus  have to train for up to two years in a specific Academy… so you read this right: it thus takes up to seven years to train a probation officer )

Le résultat est une université sans vocation pratique réelle (raison pour laquelle ces écoles doivent exister: cercle vicieux) et des centres de formation sans lien suffisant avec la recherche/the sad result is that universities have little ties with communities and the field (hence – and this is a vicious circle – the need for said training schools)

Nous avons également une longue tradition consistant à créer des instituts de ceci ou de cela, dont les compétences en termes de qualité de recherche sont souvent discutables, dont le rendu en termes d’enseignement est très faible, voire nul et dont l’indépendance d’avec le gouvernement est nulle ou faible/France also has this odd and long tradition of creating institutes of this and institutes of that (also centres, observatories and so on), which, for the most part, are unable to produce valuable and quality research, do not contribute – or contribute very little – to students’ education and are not independent from the state.

La situation est certes totalement différente en Angleterre où les universités ont des liens forts avec le terrain et tel est notamment le cas en matière de probation/things are obviously different in England and Wales where for starters, universities have always had strong ties with the field, and this is particularly true when it comes to probation.

Ceci étant posé, compte-tenu de l’entreprise fort contestée de privatisation de la probation en Angleterre (un sujet particulièrement complexe où les pour et contre ont des arguments – voir sur ce point l’excellent site : Russell Webster’s wonderful website et mes commentaires rapides ici :Few Comments on Payment By Result…/ that being said, given the ongoing probation privatisation entreprise (a very complex subject mind you (see the links to the excellent website of Russel Webster and my comments…

… et, par ailleurs… sachant que la Howard League for Prison Reform avait peu de temps avant suggéré la création d’un tel institut, mais ce, AU SEIN DES UNIVERSITES: Howard League’s Probation Institute In Universities proposition/and given that the Howard League recently advocated such an institute would be created IN UNIVERSITIES…. I wonder

 

On ne sait pas par ailleurs pas qui aura accès à ce centre, qui y enseignera et ce qui y sera enseigné, s’il nourrira la recherche, comment son indépendance annoncée sera protégée,  si oui ou non, précisément, il sera lié aux universités ou non… sans réponse à ses questions et à bien d’autres, et avec la triste expérience française des instituts, centres, observatoires etc. derrière nous, l’on me pardonnera d’être légèrement dans le doute/Moreover we do not know who will have access to these centres, who will teach there and what will be taught, whether this institute will produce research, how its proclaimed independence will be safeguarded, and whether or not it will indeed have ties with universities…. without any response (so far) to these key questions and to many others, and in light of the sad French experience of institutes, centres and other observatories, please forgive me for  being cautious.

 

Cela dit on m’accuse souvent avec raison de voir le verre à moitié vide.  Deux signes positifs sont d’ailleurs que a) l’Association des Directeurs de Probation et que le syndicat principal des personnels de probation, NAPO, ont été fortement impliqués dans la création de cet institut et que b) le Ministère ed la Justice d’England & Wales y a par ailleurs investi £90k. Attendons donc d’en savoir plus; j’espère que mes inquiétudes seront vite levées/however I am often rightly accused of focusing on the half empty glass.  As a matter of fact two very positive signs are that a) that Probation Chiefs, Probation Association and the main union and professional body NAPO have been heavily involved in setting the Institute up, and b) the MoJ has invested  £90k into this project. So let us wait and see what else we learn; hopefully this will be a success.