Accueil » Editorial » French reentry courts and desistance/Les JAP et la désistance

French reentry courts and desistance/Les JAP et la désistance

I am proud to say that my latest book (in French): Le juge de l’application des peines: Monsieur Jourdain de la réinsertion, has just been published/je suis ravie d’annoncer la parution de mon ouvrage  Le juge de l’application des peines: Monsieur Jourdain de la réinsertion chez l’harmattan. 

HERE/ICI  and a SUMMARY/SOMMAIRE in French and English HERE/ICI

I am 3/4 through its translation into English and the same publisher will publish is English version probably around  November with the title: French reentry courts and rehabilitation: Mister Jourdain of desistance

 

This book pertains to the professional culture of French reentry judges (with desistance as a compass), their recruitment, training, aspirations, goals, their attitude towards offenders – whom they never call offenders – their relationships with prosecutors and probation officers (this part is particularly tricky), and how all the practitioners (also probation chiefs, attorneys…)  they are in contact with think of them, how they maintain fair trial and intimate hearings in a time of criminal justice overload, cheer poverty and turf issues with the prison and probation services. I also analyse in depth their breach, release and other decisions (I had 1300 rulings to get my teeth into).

Cet ouvrage porte sur la culture professionnelle des JAP (avec la désistance comme compas), leur recrutement, leur formation, leurs aspirations, objectifs, leur attitude envers les justiciables, leurs relations avec les parquetiers et les agents de probation (cette partie est particulièrement complexe), comment tous les praticiens avec lesquels ils sont en contact les perçoivent (et par ex en plus des deux précédents, les cadres de la probation et les avocats), comment ils parviennent à maintenir le cap sur le procès équitable et les débats contradictoires intimistes dans un contexte de charge de travail délirante de la justice et de pauvreté terrible ainsi que de problèmes en termes de « territoires » avec les SPIP et les établissements pénitentiaires. J’analyse enfin toute une série de leurs décisions (sanctions, aménagements de peine, 723-15, conversions….): j’avais 1300 jugements à me mettre sous la dent.