Accueil » Editorial » Nouvelles recherches dans la probation et le traitement des condamnés

Nouvelles recherches dans la probation et le traitement des condamnés

arton1135  Je poursuivrai désormais de manière systématique ma veille de recherches utiles et en ferai le résumé-commentaire en français

dreamstime_new_burst_570718

/ I shall hereafter – usually, but not always, in French -  summarise recent literature findings about probation and offender supervision/treatment.

 

Bas Vogelvang, Jo Clarke, Aleid Sperna, Nanne Vosters, Lori Button (2014). Resilience of Dutch probation officers: A critical need for a critical profession, European Journal of Probation , Vol. 6(2) 126 –146

drapeau_france J’avais préparé un beau document word pour vous parler de cet article, mais mon système word doc a lâché alors que j’avais tappé 4 pages. Vous trouverez ci-après un document audio qui le récapitule: Resume Audio de Vogelvang et al par MHE

 

flag-tiny-uk

Background: PO do a very stressful job:

- they are exposed to gruesome details, stories and situations and offenders can be manipulative or agressive;

- their institution can be an important cause of stress (targets…)

Unlike police officers or other exposed professions, PO’s resilience to stress has not been studied so far. Hence this a European Funded project testing stress levels amongst PO and their resilience (The Strengthening Probation Officers’ Resilience in Europe (SPORE) research : (SPORE WEBSITE and SPORE resilience report

Their theoretical model is the Stress Shield Model (SSM) which has been validated with the police (Burke & Paton, 2006). Burke and Paton define resilience as being: ‘the capacity of individuals and organisations to draw upon their own individual, collective and institutional resources and competencies in ways that allow them to render challenging events coherent, manageable and meaningful’. ‘The SSM describes resilience as an outcome, resulting from the interaction between organizational, peer related and individual factors’

- organisational = problem-solving =+ allowing for uplifting experiences during work;

- peer-related implies 3 elements : a) good management; and support ; b) peer cohesion ; c) trust;

- individual level: what facilitates resilience is: problem focused coping skills; conscientiousness; and empowerment;

In the SSM model ‘In the SSM, the individual, team and organizational factors culminate in a resulting degree of the professional feeling empowered for his or her work’ (121).

If all three are available, then people feel reinforced, ready, energised and supported.

The following research questions were chosen for the study by in consultation with the SPORE project board:

1. What factors influence the resilience of POs in the partner countries?

2. What effective or promising practices exist in the various countries for the purpose of strengthening and sustaining the resilience of POs?

3. What supporting activities can be carried out by the management of probation organizations in order to strengthen and sustain the resilience of POs?

4. What recommendations can be made for further or new developments at national and European level?’

Here they focus exclusively on Dutch probation.

Methodology: focus group and internet survey (Response: N160 PO)

‘Higher job satisfaction is significantly associated with both higher adaptive capacity and stress-related growth, but the latter two supposed elements of resilience appear to function independently from each other. A probation officer can have a high adaptive capacity, but at the same time lack the experience of stress-related personal growth, or vice versa, and report high job satisfaction in both cases’ (135))

 

‘for Dutch POs it is not primarily clients who have a negative impact on their resilience. This is a striking outcome of the SPORE study. The probation organization’s strength lies in the huge commitment of the PO to the client and to the work. POs have chosen this line of work with offenders, often based on strong personal and professional values relating to carefulness and dutifulness’ (140)

 

‘Worker resilience, measured in this study as job satisfaction and a resilient coping style, is primarily threatened, but also developed and strengthened, by characteristics of the organization and team, as well as the characteristics of the individual worker himself. This study also clearly shows that it is important not to get ‘hung up’ at the psycho- logical level of the individual, but to also examine the influence of the team and organization on resilience. ‘ (141)

 

The authors made recommendations which have been turned into policies in Dutch probation.

Here there are (see pp. 141-143):

Firstly, to enhance job satisfaction, we recommend to address organizational climate and the physical work environment…. Organizational climate, measured by the C-SURV, measures four facets including Management Style, Empowerment, Workload and Communication…

Our second recommendation is to develop a psychological pro forma for probation staff to identify personal areas of strength and vulnerability. Psychometric assessment of resilience characteristics can be helpful in enabling staff to consider their own well- being. Recognizing how different coping styles and other attributes can impact on both emotional health and performance provides opportunities for individuals to develop adaptive coping styles and recognize when and why they may be vulnerable…. Supervisors and managers should also be encouraged to monitor their own well-being.

Thirdly, to enhance adaptive capacity, we stress the importance of training in detachment for probation workers. Detachment was measured using the relevant items from the Coping Styles Questionnaire (Roger D, Jarvis G and Najarian B (1993) Detachment and coping: The construction and validation of a new scale for measuring coping strategies. Personality and Individual Differences 15(6): 619–626 Roger & al abstract here). Roger et al., describe detachment as the ability to disengage oneself from overwhelming emotion and keep matters in perspective. Research into the impact of training staff in detachment has yielded encouraging results (e.g. Roger and Hudson, 1995), including significant increases in job satisfaction, reduced absenteeism and reduced turnover of staff.

Next, we recommend probation organizations (and more specific their human resources department) to understand the levels of exposure of staff to potential trauma. This would enable cost-effective targeting of resources to support staff in their efforts to maintain high performance…

Our fifth recommendation is to consider the value of appropriate sharing of personal information in the workplace. Trauma outside the workplace has been evidenced to negatively affect well-being within the workplace. For this reason, there is a case for employers and employees to have an awareness of potentially traumatic events that may impact on well-being and performance…

Our final recommendation for probation organizations is to work towards developing an empowered workforce.

 

 

Thomas H. Cohen, Scott W. Van Benschoten (2014). Does the risk of recidivism for supervise offenders improve over time? Examining changes in the dynamic risk characteristics for offender under federal supervision. Federal Probation, n° 78(2): 41-56 – available on SSRN: ICI

 

Cette recherche a suivi une cohorte de personnes ayant obtenu un aménagement de peine (80%) ou sous peine en milieu ouvert avec probation (20%).

Elle consiste principalement à vérifier si les personnes qui sont évaluées à faible, modéré, moyen ou risque élevé selon l’outil actuariel spécialement développé pour le système fédéral américain (le Federal Post Conviction Risk Assessment, PCRA), un outil de 3e-4e génération qui a la particularité d’intégrer une checklist mesurant les pensées pro-criminelles), voient couramment leur niveau de risque changer au cours du suivi.

Attention : rien ne permet de démontrer que c’est le suivi qui a conduit au changement de niveau de risque éventuel, cette recherche n’étant que le suivi d’une cohorte.

Cette recherche voulait savoir comment ces changements éventuels de niveau de risque se traduisaient en matière de compliance, soit d’éventuelle révocation. Donc, attention encore : en dépit du titre se référant à la récidive, c’est en réalité de révocation dont il est question.

En dépit de ces limitations la recherche portait sur rien de moàins que 21 152 personnes placés sous suivi fédéral (donc par opposition à étatique).

 

Résultats

78% des condamnés étaient initialement classifiés comme faible risque (41%) ou risque modéré (37%).

23% étaient classifiés de manière plus élevée (5% à haut risque).

Donc la majorité était à faible ou moyen risque.

Sans surprise donc on retrouvait que le pourcentage de ceux qui avaient des antécédents violent augmentait avec le niveau de risque ; pareil pour le fait d’être sans emploi et les problèmes de drogue ou alcool ou encore la faible motivation quant au suivi (logique puisque c’est en parti ce que mesure l’outil).

 

Une plus importante proportion de ceux qui étaient à risque modéré et qui n’avaient pas de pensées pro-criminelles furent reclassifiés vers le niveau de risque bas (34%) et similairement pour les haut risques sans de telles pensées (51%) comparés aux risques élevés avec de telles pensées.

Les condamnés présentant les plus haut risques avaient plus de chances d’être reclassifés vers un moindre niveau de risque. Entre temps, beaucoup avaient trouvé un emploi, amélioré leur problème de drogue et amélioré leurs réseaux sociaux et cognitions.

Les changements les moins fréquents intervinrent chez ceux qui avaient les risques moins élevés.

En décompensant les facteurs de risque qui contribuaient le plus au changement positif de catégorie ils ont trouvé qu’il s’agissait avant tout de l’éducation, de l’emploi, de l’amélioration des problèmes de consommation de produits (cela comptait pour ¾ des changements), mais qu’en revanche les changements sur le plan cognitif comptaient pour peu.

La recherche semble donc montrer que les changements de cognition sont plus difficiles à obtenir.

 

Un autre point était l’impact sur la compliance.

Les condamnés qui n’avaient pas été reclassifiés vers une catégorie plus basse avaient deux fois plus de risque d’être révoqués

Les catégories à bas risque qui avaient carrément vu leur niveau de risque augmenter avaient huit fois plus de risques d’être révoqués.

 

 

 

 

Jennifer Hart and Kimberly Collins (2014). A ‘back to basics’ approach to offender supervision: Does working alliance contribute towards success of probation?. European Journal of Probation, 6(2): 112-125.

Cette étude anglaise portant sur « l’alliance » (collaboration entre un agent de probation et le condamné en vue de réussir, dans un cadre planifié, le suivi) n’a pas trouvé d’impact sur la récidive supérieure à une approche plus classique, mais a en revanche trouvé un impact important en termes de sentiment de la part des condamnés que leur probation était un succès.

 

Lesli Blair, Carrie Coen Sullivan, Jennifer Lux, Angela J. Thielo & Lia Gormsen (2014). Measuring Drug Court Adherence to the What Works Literature. : The Creation of the Evidence-Based Correctional Program Checklist-Drug Court. Int J Offender Ther Comp Criminol, publié en ligne le 4 septembre 2014 (bouquet Sage, accès non libre) : DOI: 10.1177/0306624X14549950.

Cette étude américaine traite d’un nouvel outil particulièrement utile pour les juridictions résolutives de problèmes (problem-solving courts – PSC) et en l’espèce les juridictions drogue, le Evidence-Based Correctional Program Checklist–Drug Court (CPC-DC), soit une checklist permettant de tester, mais aussi d’orienter l’utilisation par ces juridictions qui étaient initialement le fruit d’expérimentations multipartenariales par des praticiens, des connaissances actuelles quant à ce qui « marche » dans le suivi et le traitement des probationnaires-toxicomanes.

L’on sait déjà sur la base d’études rassemblées à la fois en méta-analyses et revues de la littérature que ces juridictions fonctionnent et ont bien un impact sur la récidive, notamment particulièrement encourageante sur les adultes:

Brown, R. T. (2010). Systematic review of the impact of adult drug-treatment courts.

Translational Research, 155, 263-274;

Drake, E. K., Aos, S., & Miller, M. G. (2009). Evidence-based public policy options to reduce

crime and criminal justice costs: Implications in Washington state. Victims & Offenders,

4, 170-196.;

Gutierrez, L., & Bourgon, G. (2009). Drug treatment courts: A quantitative review of study and treatment quality(User Report 2009-04). Ottawa, Ontario: Public Safety Canada;

Latimer, J., Morton-Bourgon, K., & Chrétien, J. A. (2006). A meta-analytic examination of DTC Latimer et al Ottawa, Ontario: Department of Justice

Canada. ;

Lowenkamp, C. T., Holsinger, A. M., & Latessa, E. J. (2005). Are drug courts effective: A

meta-analytic review. Journal of Community Corrections, 15(1), 5-11.;

Mitchell, O., Wilson, D. B., Eggers, A., & MacKenzie, D. L. (2012). Assessing the effectiveness

of drug courts on recidivism: A met-analytic review of traditional and non-traditional drug courts. Journal of Criminal Justice, 40, 60-71.;

Shaffer, D. K. (2011). Looking inside the black box of drug courts: A meta-analytic review.

Justice Quarterly, 28, 493-521;

Wilson, D. B., Mitchell, O., & MacKenzie, D. L. (2006). A systematic review of drug courts

effects on recidivism. Journal of Experimental Criminology, 2, 459-487

 

Les recherches ont toutes montré que les éléments pertinents dans ces juridictions étaient notamment la qualité de la collaboration partenariale, l’intervention judiciaire, l’utilisation de recompenses et sanctions et l’adaptation de l’intensité du suivi, ce qui renvoie d’ailleurs à ce que l’on sait déjà dans la probation générale, mis à part l’intervention judiciaire.

Comme je l’ai déjà dit sur ce site, l’on sait déjà que l’adhésion à la RNR (à condition que l’on y adhère concrètement vraiment « dans le monde réel ») et autres pratiques validées renforce l’efficacité des PSC. Précisément l’on sait bien à présent combien il est important de vérifier l’intégrité du programme – et, d’une manière générale, de l’adhésion de la probation à la RNR – pour qu’il soit efficace.

Pour s’en assurer, diverses checklists portant sur l’intégrité de programmes existent, mais il n’en existait pas jusqu’alors pour les PSC.

La checklist présentée dans cet article s’inspire justement de l’une d’elles, la CPC (Evidence-Based Correctional Program Checklist) de l’Université de Cincinnati, dont l’on sait qu’elle est à l’origine de la RNR et de nombre de recherches et théorisations remarquables. Elle ajoute aux connaissances habituelles sur « ce qui marche », celles portant sur les éléments centraux de l’efficacité des Drug Courts. Il est à noter que le facteur juge et intervention judiciaire dans le suivi, bien qu’essentiel à l’efficacité du traitement n’a pas été intégré, car la recherche (Shaffer, 2011) a aussi montré que peu importaient les qualités du juge (thérapeutique, répressif, légaliste ou un mélange):  dans tous les cas les résultats étaient les mêmes, i.e. l’intervention du juge était nécessaire et était l’un des éléments centraux de l’efficacité du programme. En d’autres termes il n’était pas nécessaire de mesurer quelles étaient ses qualités dans le cadre d’une checklist, mais il était bel et bien indispensable.

La checklist comporte en revanche notamment (je sélectionne ici seulement des éléments qui devront attirer l’attention tout particulièrement dans le contexte français, mais c’et la majorité) les éléments suivants, qui sont pour une bonne part contenus dans le CPC d’origine, donc également essentiels pour la probation en général :

-          Un cadre compétent ;

-          Le fait pour le directeur du programme de sélectionner correctement son personnel;

-          Le fait pour le personnel d’être formé (formation initiale et continue);

-          Le fait pour le directeur du programme de superviser cliniquement son personnel;

-          Le fait pour le directeur du programme de réellement diriger le programme;

-          Le fait pour le programme d’être apprécié et tenu pour pertinent par la communauté;

-          Le fait pour le programme de bénéficier de suffisamment de fonds et de fonds stables;

-          Le fait pour le personnel d’avoir de l’expérience;

-          Le fait pour le personnel d’avoir été sélectionnés sur la base de ses valeurs;

-          L’évaluation du personnel sur la base de sa capacité à mettre le programme en œuvre;

-          L’existence de règles éthiques claires;

-          Des réunions du personnel sur les dossiers et le programmes régulières (la fameuse collaboration horizontale dont je parle sans cesse)

-          Des méthodes de vérification tant internes qu’externes de qualité (conformité aux principes de ce qui « marche »);

-          Le Feedback des probationnaires et sa pries en compte;

-          L’évaluation de la récidive;

-          L’évaluation du programme;

-          Le fait de séparer les groupes en fonction du genre (pas de mixité) ainsi qu’en fonction du niveau de risque et d’aligner le suivi sur les besoins et risque (RNR) et donc de les évaluer avec un outil risques-besoins valable (à mon sens manque ici la modélisation pro-sociale et autres core correctional practices – voir sur ce point la dernière version de Chris Trotter, Working with Involuntary Clients. A guide to practice, Sage, 2014);

-          La durée suffisante du traitement;

-          Le fait d’avoir de bons taux de suivi complet du traitement (faible taux d’attrition);

-          L’existence d’un manuel pour les personnels et pour ceux-ci de s’y tenir;

-          L’existence de sanctions et récompenses (nota : il s’agit de récompenses en termes d’apprentissage social, donc pas nécessairement de révocations ou de gratifications, mais en revanche des félicitations fréquentes pour chaque chose positive et des sanctions légères  pour chaque violation) mises en œuvre très rapidement et systématiquement;

-          Le fait de bien inclure les personnes nécessitant ce traitement et se tenir aux critères d’exclusion;

-          Le fait pour les condamnés d’avoir vraiment le sentiment que la juridiction puisse leur imposer des choses.

 

La présente recherche a utilisé la checklist sur des programmes Drug Courts et a trouvé une adhésion insuffisante à la RNR et autres dimensions essentielles de l’efficacité de tout programme ou suivi, un risque tout aussi présent en France dans la probation en général et à surveiller pour toute tentative de reproduire les Drug Courts. Dans la probation générale nous péchons pratiquement sur tous les points soulevés supra si ce n’est la participation judiciaire (mais celle-ci n’est pas collaborative au vrai sens du terme).

 

 

Adrian Cherney & Robin Fitzgerald (2014). Finding and Keeping a Job: The Value and Meaning of Employment for Parolees. Int J Offender Ther Comp Criminol oubié en ligne 1 Septembre 2014 (bouquet Sage, accès non libre) 

 

Cette recherche australienne qui a interrogé des libérés conditionnels, confirme d’autres recherches en montrant que les personnes bénéficiant d’un aménagement de leur peine trouvent principalement un emploi par l’intermédiaire de leur propres réseaux familiaux, amicaux et personnels et que ce sont ces réseaux qui leur permettent véritablement de contourner les différentes barrières à l’emploi. L’un des intérêts de ces proches est notamment de « plaider » pour eux, en convainquant des employeurs qui seraient à défaut réticents à les employer. Cette « plaidoirie » sert aussi à alléger le stigma associé au fait de sortir de prison, pour les condamnés eux-mêmes en ce qu’elle traduit que certaines personnes sont prêtes à croire en eux et que le marché de l’emploi peut les accueillir.

Inversement, sans de tels réseaux, trouver un emploi légitime est une expérience délicate. Toutefois les agences types Pôle Emploi semblent savoir développer des techniques et méthodes pour expliquer les trous dans le CV et comment présenter son passé pénal (il s’agit là d’une juridiction qui, contrairement à la France, impose que cela soit révélé – voir le numéro spécial sur ce sujet dans European Journal of Probation ICI).Elles sont à encourager et développer.

Cette recherche rassure sur le fait que le travail pénitentiaire peut réellement développer des compétences ou les maintenir, ainsi qu’à susciter une éthique professionnelle. En, revanche, les condamnés n’ont pas estimé qu’il y avait un lien entre ces expériences carcérales et le fait de trouver du travail une fois dehors.

Pour les probationnaires, gérer le stigma associé au fait d’avoir un passé pénal est crucial dans leur chemin vers le retour à l’emploi.