Accueil » Editorial » UN handbook on Offender reintegration and its appalling translation

UN handbook on Offender reintegration and its appalling translation

An update on the previous post (which was written in 2013).

The UNODC has issued a new report, on prison reentry programme. This updated handbook focuses on prison-based educational, vocational and work-related programmes.

Starting from the RAND meta-analysis on the impact of educational, vocational and work-related programmes, and on the basis of the Mandela Rules,  it recommends that member states assess what the situation in their jurisdiction is, develop such programmes, and create a monitoring and evaluation system to ensure that enough effort is made and programmes’ outcome is measured.

 

 

The 2012 UNODC Introductory Handbook on the Prevention of Recidivism and the Social Reintegration of Offenders (Manual UNODC 2012), is largely ignored in Europe, where other documents (such as the European probation rules (Probation Rules ) prevail.

It focuses on desistance, rehabilitation, reentry/resettlement and is clearly evidence-led. It contains a lot of key messages, and some of them strongly resonate in the French context:  diversity, programme outcome evaluation, research and offenders’ risks and needs assessment. Since, unlike the EPR, it is not a recommendation, it is in fact much more comprehensive and detailed. It also deals with some issues more clearly than the EPR. For instance, it states and describes how to be gender and culturally sensitive, whereas the EPR essentially – and in mere general terms– focus on non-discrimination. It also insists much more on reentry and resettlement and on the necessity for all agencies (including the police) to collaborate; far from being exclusively focused on probation – or on state probation – it is first and foremost preoccupied with social integration in general and of the collaboration of all state, local and community agencies (these are incidentally  the main values of the recently created Francophone Probation Confederation (LACFP Website; @Lacfp). Furthermore, it contains numerous illustrations of good practices in jurisdictions such as China, the Philippines, Viet Nam and so forth, which Europeans seldom hear about in the context of probation.

One might argue that some of its conclusions are disputable, and as a matter of fact some of the reasons why are a lack of knowledge of European literature and practices. For instance, the handbook seems to consider that intensive supervision is a good option, when European literature has reached far more complex conclusions (see e.g. R. Moore, E. Gray, C. Roberts and S. Merrington, Managing Persistent and Serious Offenders in the Community : Intensive Community Programmes in Theory and Practice, Willan Publishing, 2006 and in French et, en français, A. Worrall, R.C. Mawby et M. Herzog-Evans, ‘La probation intensive des condamnés adultes en Angleterre et au Pays-de-Galles : leçons et comparaisons avec la France’, in M. Herzog-Evans (dir.), (in press), L’efficacité de l’exécution des peines, Travaux du colloque international du 11 décembre 2012, Université de Reims, Paris, Mare et Martin). The Handbook also legitimately insists on the adverse consequences of parole or other conditional measures’ revocation, but seems to ignore European good practices – and surprisingly problem-solving courts’ practices – which use other sanctions or no sanctions at all Special Ed JPROB –and P. Ugwudike and P. Raynor (eds.), What Works in Offender Compliance. International Perspectives and Evidence-Based Practice, Palgrave MacMillan, 2013). One might also argue that at times, this document reads like a catalogue of practices rather than as a comprehensive manual.

 

In spite of these shortcomings, I strongly encourage everyone to read and disseminate it.

 

Having said this, I also have to complain about its disastrous French translation (ONUDC Manuel Francais).

Never in my worst nightmares would I have imagined that one could do worse than the regrettable ‘désistement’ in lieu of ‘désistance’ chosen in the French translation of the European Probation Rules (Probation Rules French) – not to mention the appalling choice of ‘appréciation’ in lieu of ‘risk assessment’ (which in English would mean just what my reader must have understood: ‘appreciation’; the correct French translation would have been ‘évaluation du risque’). Désistement, as I have argued elsewhere, means the end result; it does not refer to the process. ‘Désistance’, which does exist in French, does convey the idea that it is all about process, not just about the the finish line.

Now the UNODC Introductory Handbook on the Prevention of Recidivism has indeed done worse: it translates ‘desistance’ (in the English and original version) by ‘renoncement’.

In English ‘Renoncement’ actually means renouncement, renunciation or giving up. In other words this translation suggests that desistance is about a person’s decision to stop offending. We all know that desistance is much more complex than that and requires external – not just internal – factors. Even internal factors are not about the person suddenly hitting a ‘ha ha’ moment and deciding ‘Right, as of this very instant, I shall stop offending’. Opting for ‘renoncement’ is especially detrimental in the French context where not much is done to help and support people desist (desisting in France 2011) and where there is a prevailing idea that it essentially is first and foremost about the person deciding to quit.

 

L’Office des Nations Unis contre la drogue et le crime (UNODC) a rendu public en 2012 un Manuel d’introduction pour la Prévention de la Récidive et la Réinsertion Sociale des Délinquants (Manual UNODC 2012), qui est largement ignoré en Europe, car d’autres sources y prévalent, notamment les Règles Européennes de la Probation ((Probation Rules English).

Il se focalise sur la désistance, la réinsertion et la réhabilitation, la « reentry/resettlement » – soit l’accompagnement et le soutien concret, humain et matériel, dans le cadre de programmes collaboratifs interinstitutionnels et partenariaux, des sortants de prisons – et est à l’évidence fondé sur les données acquises de la science dans notre domaine. Il contient une série de messages clefs et certains d’entre eux résonnent tout particulièrement dans le contexte français, tels que l’adaptation à la diversité de genre et ethno-culturelle, l’évaluation des résultats des programmes et pratiques, la nécessité de faire de la recherche ainsi que l’évaluation (risques et besoins) des condamnés.

N’étant pas limité par les contraintes inhérentes au modèle de la « recommandation », au contraires des REP, le Manuel est bien plus détaillé et approfondi. Il traite aussi de certaines questions de manière moins ambigüe ou limitée que les REP. Ainsi, par exemple, précise-t-il plus clairement et décrit-il plus en détails comment adopter des pratiques spécifiques en termes de diversité de genre et ethno-culturelle, là où les REP se bornent à traiter de non-discrimination en termes généraux. Par ailleurs il insiste bien plus sur la « reentry » et sur la nécessité pour toutes les administrations et services (y compris la police) de collaborer ; loin d’être centré uniquement sur la probation – a fortiori la probation étatique – il est avant tout question d’insertion au sens large faisant appel à tous les acteurs (une valeur essentielle prônée par la Confédération Francophone de la Probation (Site de LACFP) @Lacfp). De plus, il contient de nombreuses illustrations portant sur de bonnes pratiques dans des pays tels que la Chine, les Philippines, le Viet Nam et bien d’autres, que nous autres européens avons peu l’habitude de voir mentionnés dans le contexte de la probation.

L’on arguera de ce que certaines des conclusions du Manuel sont discutables et, ceci est intéressant, ceci s’explique notamment par un manque de connaissance en la littérature et en les pratiques européennes. Par exemple, le manuel semble considérer que la probation intensive est une bonne option, alors que la littérature européenne est parvenue à des conclusions autrement plus compliquées (v. R. Moore, E. Gray, C. Roberts et S. Merrington, Managing Persistent and Serious Offenders in the Community : Intensive Community Programmes in Theory and Practice, Willan Publishing, 2006 et, en français, A. Worrall, R.C. Mawby et M. Herzog-Evans, ‘La probation intensive des condamnés adultes en Angleterre et au Pays-de-Galles : leçons et comparaisons avec la France’, in M. Herzog-Evans (dir.), (à paraître), L’efficacité de l’exécution des peines, Travaux du colloque international du 11 décembre 2012, Université de Reims, Paris, Mare et Martin). Le Manuel insiste par ailleurs légitimement sur les conséquences délétères de la révocation des aménagements de peine et peines en milieu ouvert, mais semble ignorer les pratiques européennes plus souples – et de manière plus étonnante encore celles, similaires, des juridictions résolutives de problèmes – qui consistent à recourir à d’autres sanctions, voire à ne pas sanctionner du tout (Edition Speciale de EJPROB sur la soumission au suivi –et P. Ugwudike and P. Raynor (eds.), What Works in Offender Compliance. International Perspectives and Evidence-Based Practice, Palgrave MacMillan, 2013). L’on peut par ailleurs reprocher à ce document de prendre parfois la forme d’un catalogue de pratiques et non d’un authentique manuel. Toutefois, c’est précisément pour cette raison qu’il sera utile au lecteur français, en mal de sources francophones.

En dépit de ces quelques limitations, je recommande fortement à tous de lire ce document et de le diffuser.

 

Ceci étant posé, je dois une fois de plus me plaindre de sa traduction française désastreuse (ONUDC Manuel FrancaisF)

Jamais dans mes pires cauchemars je n’aurais pu imaginer que l’on puisse faire pire que le regrettable « désistement » en lieu et place de « désistance » qui avait été choisi dans la traduction française des règles européennes de la probation (Règles Européennes de la Probation en français) et pire même que le choix terrible du mot « appréciation » pour la version originale de la recommandation « risk assessment ». La traduction adéquate de « risk assessment » aurait dû être « évaluation du risque » ou « évaluation » tout court. Quant au terme « désistement », comme je l’ai soutenu ailleurs, il renvoie au résultat final ; il ne permet pas de mesurer qu’en réalité il s’agit d’un processus. Le mot « désistance », au contraire renvoie bien à un processus et non pas à la seule ligne d’arrivée.

Pourtant, c’est bien pire encore que l’on retrouve dans le Manuel d’introduction de l’UNODC : le terme « desistance » (dans la version originale en anglais) est traduit par : « renoncement » !

Ce que le terme « renoncement » suggère de manière tout à fait malheureuse et erronée, est que la désistance serait finalement la décision d’une personne d’arrêter de commettre des infractions. Nous savons pourtant tous que la désistance est un processus autrement plus complexe qui requière des facteurs externes – et non point uniquement internes. Au demeurant, même les facteurs internes ne se limitent point au fait pour la personne de parvenir à un instant T à une soudaine lumière la conduisant à rationnellement décider : ‘Bon, à partir de cette seconde, je ne commettrai plus d’infractions’. Avoir opté pour le terme « renoncement » est particulièrement nocebo dans le contexte français, où si peu est fait pour aider et soutenir le processus de désistance (Desisting in France 2011) et où prévaut l’idée qu’à la base de tout se trouve la décision prise un jour par la personne d’arrêter.